Keyword - Solaire

Entries feed - Comments feed

16 May 2008

Statistiques sur les articles scientifiques

Bonjour à tous les lecteurs.

Dans ma catégorie Science et Technologie, qui est principalement en français, j'ai fait quelques statistiques.

Nombres

J'ai écrit 36 articles dans cette catégorie. J'en ai écrit d'autres qui n'ont jamais été publiés... :D

Sujets

Je parle de plusieurs sujets scientifiques, mais certains reviennent plus que d'autres:

Lecteurs

Le nombre de lecteurs se chiffre en centaines, et ne porte pas seulement sur le flux RSS.

Je sais que je dois bosser sur l'interface du site, je vais voir si j'ai le temps.

8 April 2008

PG&E investit dans des centrales solaires

PG&E, la compagnie de gaz et d’électricité du Nord de la Californie, basée à San Francisco, a annoncé des investissements importants pour la construction de centrales solaires, dans le désert du Mojave. Le fabricant des équipements sera la compagnie BrightSource, basée à Oakland (Est de la baie de San Francisco).

PG&E a annoncé un investissement qui devrait aboutir à la construction de 3 centrales, dans le désert du Mojave, dans le sud de la Californie, près de la frontière avec le Nevada. La première centrale devrait entrer en service dès 2011, et produire alors 100 mégawatts. Les deux centrales suivantes démarreront leur production, en 2012 et 2013. L’investissement total devrait se chiffrer entre 2 et 3 milliards de dollars.

Le contrat total porte sur une production énergétique de 500 mégawatts, avec une option pour produire jusqu’à 900 mégawatts. Cet ensemble deviendrait le plus gros ensemble de production d’énergie solaire de l’ouest américain et représentera jusqu’à 2,7% de l’énergie totale de PG&E. PG&E produit déjà 14% de son électricité grâces aux énergies renouvelables, et devrait remplir son objectif de 20% en 2010 fixé par le gouvernement californien.

BrightSource, maison-mère de la compagnie israélienne Luz II, a déjà fabriqué le grand ensemble de production d’énergie solaire SEGS, qui totalise aujourd’hui plus de 500 mégawatts dans la même région.

12 March 2008

Nouvelle méthode de production des OLED

Introduction

General Electric (GE), aidé par Energy Conversion Devices (ECD), ont mis au point une nouvelle méthode de production des dalles OLED, grâce à une collaboration de développement conjointe et à des financements du NIST (National Institute of Standards and Technology). En effet, le gouvernement américain aide à financer, à travers le NIST, des projets innovants de recherche ou de développement, afin de partager les risques d'investissements.

Les dalles OLED

Les dalles visuelles à base d'OLED (diodes électroluminescentes organiques), sont une des pistes les plus sérieuses pour l'avenir des écrans plats et pour remplacer la technologie LCD, car elles présentent de très bonnes caractéristiques visuelles (angle de vision large, meilleure brillance et colorimétrie) alliées à une faible consommation.

Idée

L'idée derrière cette initiative consiste à essayer d’obtenir un processus de fabrication continu comme dans les imprimeries, une technique appelée "Roll-to-Roll". Ceci permet d'obtenir des coûts de production unitaire très faibles, sachant que les écrans OLED sont affranchies des technologies très coûteuses de l'industrie du semi-conducteurs pour leur production.

Cette idée était présente très tôt dans le développement de la technologie OLED, mais n'avait jamais été mise en pratique. Ainsi, après 4 ans de recherche et de développement et un investissement de 13 millions de dollars, ce groupe de développement, mené par GE Global Research a présenté publiquement sa technologie aboutie et fonctionnelle.

Cette avancée, n'est pas sans rappeler les développements technologiques de Nanosolar, entreprise californienne qui utilise une technique similaire de "roll-print" pour produire des panneaux solaires en couche mince à faible coûts.

6 March 2008

Investissements dans le solaire au Nouveau Mexique.

L'état du Nouveau Mexique, situé entre l'Arizona et le Texas, dans le Sud-ouest des États-Unis, vient d'annoncer des investissements privés importants dans l'énergie solaire et la construction d'une grande usine pour la fabrication de panneaux solaires, près d'Albuquerque, la plus grande ville du Nouveau Mexique.

La branche américaine de l'entreprise allemande Schott a ainsi annoncé, le 3 mars dernier, en présence du gouverneur du Nouveau Mexique, son intention de construire une grande usine près d'Albuquerque, avec un investissement initial de 100 millions de dollars, pouvant monter jusqu'à 1 milliards de dollars dans les prochaines années. Cette usine doit commencer à produire début 2009 et consacre les investissements, légaux et financiers, fait par le gouvernement du Nouveau Mexique visant à accélérer le développement des technologies solaires et la production d'énergie solaire sur son territoire.

En effet, de par sa position géographique, le Nouveau Mexique offre un des meilleur taux d'ensoleillement des USA et une quantité de radiations solaire supérieure à 6kWh/m2 par jour sur la plupart de son territoire. Le Nouveau Mexique se présente ainsi comme une région propice pour l’énergie solaire.

Cependant, la plupart des investissements solaire ont été fait jusqu'à présent dans les États voisins, pour plusieurs raisons. Le Colorado, de par la présence du NREL (National Renewable Energy Laboratory) à Boulder, a d'abord attiré de nombreux investissement gouvernementaux; le Nevada et le Sud de la Californie ont, pour leur part, concentré les premiers investissements dans le solaire autour du désert du Mojave, où l'ensoleillement est le plus élevé des USA. Le Nouveau Mexique veut aussi se développer dans ce secteur en pleine expansion.

La nouvelle usine s'implantera au sud d'Albuquerque, à Mesa Del Sol et devrait créer de nombreux emplois et produire pour 64 Mégawatts de panneaux solaires lors de sa première année de production. Cette création d'emplois est la bienvenue pour la ville d'Albuquerque qui a vu Intel réduire ces effectifs dans la région.

19 December 2007

Cellules solaires organiques en V

Une des propriétés les plus critiques des capteurs solaires est l’efficacité des capteurs à capter l’énergie reçue et à la convertir en énergie électrique exploitable. L’équipe du professeur Peumans, de l’université de Stanford, Californie vient de démontrer comment améliorer cette efficacité pour des cellules solaires en couche mince (« thin film »). Cette étude est parue dans la dernière édition d’Applied Physics Letters.

Les cellules solaires utilisées, de type organiques, souples, peu onéreuses mais peu efficaces, sont constituées de molécules, souvent des pigments ou des polymères et sont déposées sous forme de film sur un substrat, en général flexible et plat. L’idée du professeur et de son équipe consiste à courber le substrat en forme de « V », afin de forcer la lumière à rebondir et donc augmenter la probabilité d’absorption à chaque rebond.

Avec cette technique, l’efficacité est augmentée de 52%, ce qui prouve l’intérêt de cette technique, au vu de son faible investissement technologique. Bien que les démonstrations aient été faites avec des cellules organiques, peu efficaces actuellement face à des approches plus classiques à base de silicium, cette technique devrait être adaptable à d’autres technologies de cellules.

9 November 2007

IBM recycle ses processeurs en capteurs solaires

IBM recycle ses processeurs défectueux pour en faire des capteurs solaires

Pénurie de Silicium

L'industrie des cellules solaires s'est trouvée pénalisée, dernièrement, par les hausses de leurs matières premières. En effet, à cause de la reprise du marché des semi-conducteurs et de la pénurie de Silicium qui s'en est suivie, les prix sont passés de $25/kg en 2004 à plus de $200/kg en 2006. Ainsi, cette industrie, qui connaissait une croissance de plus de 30%, estime sa croissance pour l'année 2007 entre 10% et 20%, et semble développer les cellules à base de film, moins performantes, mais nécessitant moins de silicium.

Les galettes d'oxyde de Silicium, les "silicon wafers", sont principalement produites par quelques vendeurs, pour les grands fabricants de semi-conducteurs. La demande de semi-conducteurs a suffisamment augmenté pour justifier l'accélération du processus d'augmentation de la taille des galettes, pour atteindre 450mm (au lieu de 300mm actuellement), et ce dès 2012.(2)

Puisque le coût de la matière première a fortement augmenté, le recyclage gagne en intérêt. De plus, les déchets des industries de semi-conducteurs ne sont presque pas traités, notamment afin de protéger les secrets industriels. IBM vient de faire une percée dans le domaine de ce recyclage.

Comment recycler ?

Le recyclage peut mettre à jour des procédés et des secrets industriels, puisque le Silicium expose les circuits, alors que ces industries sont très compétitives. Pour effacer les circuits, les méthodes habituelles de recyclage utilisent de nombreux gaz et acides corrosifs, comme H2SO4, HF, HNO3, ou de l'Ozone. Ces méthodes polluantes, consomment beaucoup d'énergie, demandent de nombreux équipements et dégradent en partie le Silicium.

Enfin, on estime que recycler du silicium pour en produire un panneau solaire coûte alors en énergie près d'un tiers de l'énergie qu'il va produire tout au long de sa vie, ce qui est très important.

Une solution

IBM Burlington, a annoncé avoir développé une technologie, mécanique et abrasive uniquement qui permettra de recycler ces galettes usagées en panneau solaire. Elle permet de réduire la consommation d'énergie de cette phase, de ne pas consommer d'acides, et d'accélérer le recyclage. Le Silicium ainsi obtenu n'est pas d'une pureté suffisante pour être réutilisé dans des processeurs, mais convient à des productions de panneaux solaires.

Ceci permettra à IBM de recycler environ 3 millions de galettes par an et de faire baisser le prix du Silicium. IBM a été récompensé lors des Most Valuable Pollution Prevention awards pour cette technologie.