Keyword - Microprocesseurs

Entries feed - Comments feed

Wednesday, June 18 2008

Nouveau classement du Top500 - Pétaflop!

Top 500

Le nouveau classement des 500 supercalculateurs les plus puissants dans le monde, publié deux fois par an par le site top500.org, replace les États-Unis dans les 5 premières places du classement. Une fois de plus, l’écrasante majorité des systèmes ont été conçus par des compagnies américaines, avec notamment les systèmes IBM et HP qui représentent 78% du classement.

Plus, toujours plus

Le précédent classement, de novembre 2007, avait vu trois calculateurs non-américains entrer dans le top10. Il avait aussi vu une entrée de 5 nouveaux systèmes dans ce top10. Ce nouveau classement, outre l’introduction du premier calculateur dépassant le téraflop (voir BE 127), change la hiérarchie de façon importante puisque seuls 4 systèmes du top10 d’il y a 6 mois sont encore présents dans ce top10. Tous les systèmes du top10 dépassent les 100 téraflops.

Le système BlueGene/L du « Lawrence Livermore National Laboratory », resté numéro 1 pendant 3 ans et demi, est dorénavant numéro 2. Le troisième système est un nouveau système BlueGene/P, situé à l’« Argonne National Laboratory ». Enfin, les grands laboratoires américains dépendant du « Department of Energy » ajoutent le 5ème système à leur palmarès avec un nouveau système fait par Cray à l’ « Oak Ridge National Laboratory ».

Il est notable que, pour la première fois depuis longtemps, un système du top10 soit installé chez un industriel (Total).

Technos

Technologiquement, sur l’ensemble du classement, les processeurs Intel se trouvent dorénavant dans 75% des systèmes et son architecture à quadri-cœur se trouve dans plus de la moitié des systèmes (20% des systèmes il y a 6 mois). Les interconnexions sont majoritairement basé sur du Gigabit Ethernet bien que cette technologie soit absente dans le top50. Linux reste le système d’exploitation le plus utilisé dans les systèmes du classement avec 80% des parts de marchés.

USA vs. world.

Les États-Unis restent dominants dans le calcul haute-performance, avec plus de la moitié des systèmes sur leur sol, mais la part Européenne s’améliore avec 37% des systèmes du top 500. La France, encore derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne s’améliore et possède deux systèmes dans le top10.

Pour la première fois, le top500 calcule l’efficacité avec la performance rapportée à la consommation. Et le premier est le premier. :D

Source

Top 500

Wednesday, June 4 2008

Bataille en vue: Processeurs pour appareils portables ?

Processeurs d'électronique grand public

Le marché des processeurs pour les appareils portables se densifie encore avec des nouveaux arrivants. Nvidia vient d'annoncer une nouvelle série de processeurs pour l'électronique grand public alors qu'Intel vient de faire son annonce officielle de sa gamme de processeurs « Atom ».

Entre les processeurs pour téléphones portables et les processeurs pour ordinateurs de bureau, une très grande variété des processeurs se développent, afin de répondre à la demande grandissante des appareils mobiles. Entre les mini-ordinateurs portables du type Asus EEE, les PC ultra-mobiles du type « Origami », les assistants personnels tournant sous Windows Mobile et les téléphones portables, comme l’iPhone, ayant des capacités multimédias, cette gamme des appareils a le vent en poupe.

nVidia et Intel attaquent

Les géants américains nVidia et Intel ont tous les deux commencé à adresser, de façon différente, ces marchés qui sont nouveau pour eux. Nous avons déjà parlé dans ces colonnes des processeurs nVidia APX 2500 et de la plate-forme « Atom » d’Intel.

Atom est lancé

Ainsi Intel, a lancé officiellement, cette semaine, sa gamme de processeurs « Atom » pour appareils portables. Ces puces, basées sur une architecture x86, sont des puces à basse consommation (entre 0,6Watt et 2,5Watt) et sont plutôt orientés ordinateurs ultra-portables que téléphones portables.

Tegra aussi

nVidia, après avoir annoncé son processeur pour téléphones portables, l’APX 2500, en février dernier, vient d’annoncer deux nouveaux processeurs basés sur une architecture similaire. Son architecture Tegra se base sur un cœur ARM11 et comprend un processeur graphique GeForce, un processeur de vidéo HD et un processeur d'imagerie; mais il comprend aussi des contrôleurs mémoire, IDE, USB et HDMI.

Deux versions ont été annoncées: le « Tegra 600 » et le « 650 ». Le Tegra 600 est cadencé à 700Mhz, a un bus mémoire cadencé à 166Mhz et peut décoder de la vidéo haute-définition en 720p (résolution de 1280x720 pixels). Le Tegra 650 est cadencée à 800Mhz (mémoire à 200Mhz) et doit pouvoir décoder de la vidéo haute-définition en 1080p (résolution de 1920x1080 pixels). Les processeurs Tegra fonctionne avec le système d'exploitation Windows Mobile, qui supporte les processeurs de type ARM.

Ainsi, nVidia se repositionne sur ce marché, avec un processeur APX, qui vise plutôt les téléphones portables et deux processeurs Tegra qui visent plutôt les appareils d'électronique grand public plus importants, sans toutefois attaquer sérieusement le marché des ordinateurs ultra mobiles

Friday, May 16 2008

Statistiques sur les articles scientifiques

Bonjour à tous les lecteurs.

Dans ma catégorie Science et Technologie, qui est principalement en français, j'ai fait quelques statistiques.

Nombres

J'ai écrit 36 articles dans cette catégorie. J'en ai écrit d'autres qui n'ont jamais été publiés... :D

Sujets

Je parle de plusieurs sujets scientifiques, mais certains reviennent plus que d'autres:

Lecteurs

Le nombre de lecteurs se chiffre en centaines, et ne porte pas seulement sur le flux RSS.

Je sais que je dois bosser sur l'interface du site, je vais voir si j'ai le temps.

Conférence sur l'informatique embarquée à San José

Nota Bene: Cet article est un des articles que j'avais oublié de publier lorsque je l'ai écrit.

Embedded Systems Conference

Pour la vingtième année consécutive, l'ESC (Embedded Systems Conference) s'est déroulé à San José, dans la Silicon Valley, du 14 avril au 18 avril. Cette conférence, qui comprend aussi une exposition, est un évènement majeur pour l'informatique et les systèmes embarqués.

Les systèmes embarqués sont de plus en plus présents puisque les équipements portables comme les assistants personnels, les téléphones portables ou les GPS sont de plus en plus présents et de plus en plus ressemblants à des micro-ordinateurs. D'ailleurs, la limite entre ordinateurs et systèmes embarqués s'estompe.

Microprocesseurs

Au niveau des microprocesseurs, les principales tendances sont dictées par les grands acteurs. Sur le terrain des économies d'énergies et des faibles voltages, ARM a répondu à l'offensive d'Intel, et sa plateforme « Atom », avec une nouvelle version du contrôleur d'énergie (WIC) pour son processeur Cortex-M3 afin de permettre un allumage et une mise en veille instantanée. La deuxième tendance se porte vers le multimédia et l'intégration sur une seule puce (System on a Chip) de la plupart des fonctions, avec une nette percée des décodeurs vidéos matériels. Enfin, les processeurs ayant plusieurs cœurs et les problématiques de programmations de ces processeurs sont de plus en plus présents dans le monde de l'embarqué.

Langages

Le C et le C restent maîtres dans les langages de programmation du monde de l'embarqué. Une vidéoconférence de Bjarne Stroustrup, le créateur du C, a mis l'accent sur la programmation multi-cœurs en C++. Cependant, la poussée de Java, autour de la plate-forme Androïd et celle du framework .Net et du langage C# représentent une tendance nouvelle et durable. Ainsi, Microsoft a présenté des nouvelles évolutions de son « .Net Micro Framework », dans sa version 2.5, et sa collaboration avec EBSnet, pour l'intégration de divers protocoles dans ce framework. Microsoft a aussi détaillé sa feuille de route pour les environnements Windows Embedded et Windows Embedded CE.

Multimédias

De nombreux systèmes embarqués s'orientent vers le multimédia. Pour suivre cette demande, de nombreux processeurs ont les capacités de décoder matériellement les codecs vidéo les plus répandus, et parfois en Haute-Définition. Cependant le problème des Digital Right Managements (DRM) a été posé pendant l'ESC à plusieurs reprises, à cause de son manque de compatibilité, de standard et de simplicité pour les utilisateurs. Jim Barton de TiVO et Fred von Lohmann, de l'Electronic Frontier Association se sont opposés aux représentants d'Hollywood. Pour eux, les restrictions imposées par l'industrie d'Hollywood sont le frein au développement des contenus vidéo sur les systèmes embarqués. Malgré cela, le secteur de la vidéo et de l'embarqué restent très porteur pour l'industrie de l'embarqué.

Sources

ESC keynoters: Soon, all design will be embedded design

DRM debate gets louder

Wednesday, May 14 2008

Supercalculateur à base de microprocesseurs embarqués

Supercalculateurs

Les super-calculateurs cherchent à développer la puissance de calcul la plus importante, et utilisent, en général, les microprocesseurs les plus rapides mais qui sont aussi les plus consommateurs d'énergie. Ainsi, la problématique énergétique est devenue un des problèmes les plus importants dans le monde des supercalculateurs, car il n'est pas rare de voir des centres de calculs consommant plusieurs mégawatts, une partie importante de l'énergie étant utilisée pour refroidir et évacuer la chaleur dégagée par les machines.

Processeurs embarqués

Trois chercheurs du Lawrence Berkeley National Laboratory (LBNL), laboratoire national dépendant du Department of Energy, viennent de proposer une solution pour un calculateur travaillant sur des problématiques de réchauffement climatique. Au lieu d'utiliser des processeurs pour serveurs ou pour ordinateurs de bureau ou encore des processeurs vectoriels utilisés dans les cartes graphiques, ils utilisent des processeurs pour matériel embarqué, ceux que l'ont trouve dans la plupart des assistants personnels, appareils numériques multimédias ou localisateurs GPS.

Ces processeurs embarqués sont moins chers, moins performants, mais beaucoup plus petits et plus efficaces énergétiquement que les processeurs habituellement utilisés. En contrepartie, il faut énormément plus de processeurs pour arriver à la même performance. En outre, cela nécessite aussi une nouvelle topologie de réseau.

Recherche climatologique

Afin d'améliorer les modèles numériques pour le climat, et d'avoir une précision de l'ordre du km, les techniques actuelles demanderaient des ordinateurs qui coûteraient environ 1 milliard de dollars et consommeraient près de 200 mégawatts.

Coût et puissance.

Dans le projet du LBNL, 20 millions de processeurs seraient utilisés et le système coûterait environ 75 millions de dollars à construire, et consommerait seulement 4 mégawatts. La puissance atteinte serait de 200 pétaflops.

Cette approche est possible pour des applications très parallélisables mais n'est pas applicable à toutes les applications, car les communications inter-nodales ne sont pas aussi performantes que dans un supercalculateur classique, tous les nœuds n'ayant pas de liens directs entre eux.

Source

Berkeley Lab Researchers Propose a New Breed of Supercomputers for Improving Global Climate Predictions

Tuesday, April 8 2008

Nouveautés chez les fabricants de microprocesseurs

L'actualité chez les fabricants américains de microprocesseurs grand public et professionnels s'est développée ces derniers jours entre nouveautés technologiques et annonces de suppression de postes.

IBM Power6

IBM a présenté, mardi 8 avril, son nouveau serveur, à base de processeurs Power6, qui diminue fortement la consommation électrique grâce à plusieurs innovations. Toutefois, les performances restent au rendez-vous, puisque dans ces serveurs, le processeur peut être cadencé jusqu’à 5,0 GHz, ce qui est la fréquence la plus élevée sur le marché.

WaterCooling

La principale innovation dans ces serveurs se trouve dans le refroidissement à eau utilisé pour refroidir les systèmes. En effet, au lieu d'utiliser un refroidissement à air classique, IBM utilise les capacités calorifiques de l'eau afin de créer un circuit complet de tuyauteries et d'amener l'eau jusqu'à l'intérieur du packaging du processeur. En outre, diverses améliorations sur les alimentations électriques permettent de proposer des systèmes ayant jusqu'à 448 processeurs à 4,7Ghz et un maximum de performance de 600 GigaFlops, pour chaque tour de serveurs.

Intel IDF

Intel, numéro un mondial du semi-conducteur, vient d'annoncer la suppression de 10% de ses emplois et des résultats moins bons qu'attendus. Cependant, Intel a mis l'accent pendant l'IDF (Intel Developer Forum) sur sa nouvelle plate forme embarquée « Atom » et sur de nouvelle déclinaisons de ces processeurs, consommant entre 0.65W et 2.64W et cadencées entre 800Mhz et 1.86Ghz. Ce nouveau marché pour Intel devrait l’aider à augmenter son chiffre d’affaire.

AMD

AMD, en grandes difficultés, se sépare de la même façon de 10% de ses employés et essaye de redevenir bénéficiaire. Technologiquement, AMD a présenté très dernièrement une série de 3 nouveaux processeurs à double-cœur « Athon X2 » à consommation réduite (22W et 35W) par rapport aux processeurs de bureau actuels. En outre, AMD a lancé, à la fin du mois dernier, sa ligne unique de processeurs triple-cœurs. Cadencés entre 1,8Ghz et 2,5Ghz, ces processeurs pour serveurs adressent un marché unique entre les bi-cœurs et les quadri-cœurs, avec des prix comparables aux bi-cœurs de la concurrence. AMD espèrent renforcer sa bonne position sur le marché serveur en attendant ses processeurs Barcelona, quadri-cœurs, qui arrivent sur le marché dans les prochains mois.

Sources

Power6Micro

- page 1 of 3